Alexandre Bérard, un humaniste en politique

Contenu de la page : Alexandre Bérard, un humaniste en politique

Alexandre Bérard, magistrat, franc-maçon, fut un des hommes politiques marquant de l’Ain. Issu de la mouvance radicale, il fut conseiller général du canton d’Ambérieu, député puis sénateur sans discontinuer de 1893 à sa mort, « labourant » le terrain de sa circonscription sans répit, courant de banquets en inaugurations. Au début de sa carrière politique, il signait ses articles du pseudonyme de « Jean des Allymes » et il est tentant de voir un parallèle avec le grand humaniste des Allymes René de Lucinge, tant l’universalité "Picdelamiradolesque" de Bérard était réelle. Humaniste, il s’intéressait à l’histoire (écrivant aussi bien un roman gallo-romain qu’une histoire de l’anarchie) et, bien qu’anticlérical forcené, participa activement au sauvetage de l’abbaye d’Ambronay.

De même, il organisa, à la veille de la guerre de 14-18, un grand barnum patriotique pour l’inauguration du monument commémorant un épisode de « résistance » de partisans bugistes contre les troupes autrichiennes aux Balmettes en 1814, à la fin du règne de Napoléon 1er.

Enfin, Alexandre Bérard fut vice-président du Sénat et sous secrétaire d’Etat aux Postes et Télégraphes, ce qui lui valut d’être brocardé par Alphonse Allais et caricaturé dans la presse sous forme de... poteau télégraphique.

A 151 ans de sa naissance, Bérard méritait bien un petit hommage républicain de la part de la médiathèque, qui abrite un buste et des documents rares relatifs au grand homme.

Adresses utiles

Médiathèque la Grenette

Télécharger la Vcard